Charlie a 2 ans 1/2.
Charlie est le pro des colères, des "Non, non, non !!!" et des "Chayie tout seul !"
Des fois, on a déjà fait le truc que "Chayie" veut faire tout seul alors il faut tout défaire et refaire, repartir puis revenir etc.
Et puis des fois, il ne réussit pas à faire tout seul, et ça le fout en rogne. Alors il crie "D'aider ! d'aider !!!" et il faut vite l'aider sinon il est furax.
Souvent, on frôle le domaine de l'absurde : "D'aider tout seul !" euh... je dois faire quoi là ?

Mais surtout Charlie est le pro de la grosse colère : parce qu'il pleut, parce qu'il veut aller jouer au "parc de l'église" alors qu'on est à 800km du fameux parc, parce que la soupe est "trop chaude, euh non en fait trop froide, je veux la réchauffer, je veux un autre bol, plus petit, plus grand, l'autre bol, l'autre bol, l'autre bol !!!!" (Quel bol ?)... ou bien grosse colère aussi parce que sa cuisse de poulet ne veut pas se laisser faire...

DSC_4536

Maintenant, les grosses colères de Charlie on les connait bien, on les a même un peu apprivoisées : Souvent, elles se déroulent en 3 phases :

- Phase numéro 1 : Je suis furieux, je crie, je pleure très fort, parfois je me roule par terre. Si on me parle je crie encore plus fort. Si on me pose une question, si on me propose quelque chose, je répond immanquablement "Non, non, non !!!!!". Attitude à adopter : surtout, ne rien faire, ne rien dire. Le laisser exprimer sa colère. Être là c'est tout. Ou même parfois ne pas être là du tout parce que parfois Charlie préfère être seul.

- Phase numéro 2 : Je commence à pleurer un peu moins fort, je me calme un peu, je demande mon doudou. Attitude à adopter : donner le doudou le plus vite possible sous peine de provoquer une seconde colère. Puis, verbaliser (parce que c'est encore dur à faire pour lui). Exemple : "Tu es vraiment déçu parce qu'on ne peut pas empêcher la pluie de tomber. C'est vrai que c'est énervant la pluie qui tombe..." Et si la colère est un peu recalcitrante, on peut ensuite essayer d'aider Charlie à passer à autre chose. Le faire rire est une bonne solution. Il rigole facilement après une grosse colère. Ou bien alors lui passer un gant d'eau fraiche sur le visage, ça l'apaise (Merci mamie Dada pour l'idée)

- Phase numéro 3 : Ca y est, Charlie ne pleure plus du tout, on peut commencer à négocier. Exemple : "Bon, puisque la pluie ne veut pas s'arrêter de tomber on peut peut-être quitter cette fenêtre et aller faire autre chose ?" ou "Si on retournait manger ?" (Après la colère contre la cuisse de poulet par exemple)

Crier, gronder, punir ne sert à rien : Charlie se sent incompris et la grosse colère devient alors énorme. Oui, parce que si pour nous le fait qu'il pleuve n'est pas très grave, pour Charlie, visiblement ça l'est. Alors on essaye de l'accompagner au mieux... même si parfois, c'est vrai, on le trouve casse-pied avec ses 10 colères par heure. Parfois, on craque, on crie... mais heureusement on est deux, alors on passe la main à l'autre, le temps de se calmer. Ça doit être pour ça qu'il faut être deux pour faire un bébé !

Un petit livre qui, semble-t-il parle beaucoup à Charlie :

51ABXBMRAKL
Grosse colère de Mireille d'Allancé

Dans ce livre la colère est personnifiée : un gros monstre tout rouge qui fait des siennes. Puis la colère passe, le monstre devient plus petit et le petit garçon finit par l'enfermer dans une boite... jusqu'à la prochaine fois !

Séparer la colère de l'enfant, ça aide à ne pas le culpabiliser : Parfois je suis tellement frustré que je me laisse submerger par ma colère. Je n'arrive plus à me contrôler. Des fois papa et maman sont fâchés. Ce n'est pas contre moi qu'ils sont fâchés, c'est contre ma colère. Mais une fois que j'ai exprimé mes sentiments, j'ai la possibilité de la faire cesser cette colère. Voilà un peu le message qui passe à travers ce petit album. (Merci mamie Jacqueline pour l'idée)

Et chez vous ? Les grosses colères, ça se passe comment ?

Edit :

En lisant le commentaire de Pipoune, je m'aperçois que j'ai oublié de citer les livres pour les papas et les mamans  en quête d'infos sur la "Communication Non Violente" (CNV) qui aide bien à gérer petites et grosses colères (mais aussi divers conflits et situations périlleuses avec les grands et les petits) Mes références préférées donc : (Surtout le premier à vrai dire)

0776

Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent d'Adele Faber

518dqVDLOuL

Parents efficaces : Une autre écoute de l'enfant de Thomas Gordon