Hier soir pendant le repas :
- Ça m'étonnerait que tu accouches lundi 21 parce que t'as pas eu de contractions depuis longtemps.
Leni déçue me répond que l'on ne sait jamais...

     Ce matin 5H15, Leni et Charlie viennent me réveiller:
- Rodolphe, il faut que tu te réveilles parce que j'ai des contractions et il faut recoucher Charlie.
     Les deux disparaissent car Charlie veut un gâteau. Au milieu du couloir, contraction moyenne, Charlie un peu apeuré revient dans la chambre en me disant " lève, lève ". Je me lève, vais dans le salon, et retrouve Leni s'installant dans le hamac après avoir ramené les gâteaux pour Charlie. Ça va on a le temps.
     J'installe Charlie sur sa petite chaise pour manger son gâteau. Je lui explique que c'est pas grave, maman a des contractions parce que le bébé va bientôt sortir mais que c'est pas pour tout de suite. Après le gâteau on retourne se coucher.Vers 5h30, Charlie et moi décidons d'aller lire un livre dans son lit avant d'aller faire dodo. Nous y allons, Leni nous suit mais s'arrête dans le couloir : grosse contraction et vertige, je lui dit d'aller s'allonger dans son lit que je m'occupe de Chaouette et que j'arrive après, OK...
    Je commence a lire le livre avec Chaouette et là, très grosse contraction. Leni m'appelle, j'arrive et je l'entend crier assez fort. Là, je me dit ca commence à être chaud. Charlie commence à pleurer, les cris de sa maman l'inquiète. Je le prend dans mes bras, le rassure et décide qu'il est tant d'appeler mamie Jacqueline (Elle habite à 100m...). 2 min plus tard je commence à me poser la question du transport: comment on fait. Leni me cri un bon coup: POMPIERS. Je prend le téléphone compose le 112 et explique la situation à mon interlocuteur ( assez calmement à mon grand étonnement ). Il me répond Qu'il envoie une équipe et va me passer le médecin régulateur. Petite attente téléphonique et arrivée de mamie. Ouf, elle récupère Charlie. Je retourne auprès de Leni, toujours allongé sur le coté. J'ai enfin le médecin au téléphone, je lui explique brièvement la situation. Et la Leni me crie que la tête est sortie. Je le transmet au médecin tout en jetant un coup d'œil. Leni n'a toujours pas écarter les jambes et je vois la poche des eaux qui commence à sortir un petit peu. Je corrige auprès du médecin qui me dit que la seule chose à faire c'est d'accompagner et surtout de ne pas tirer. Il raccroche. Je commence à réaliser que là ca urge. Leni se met sur le dos et commence à pousser, la tête sort dans la poche des eaux. je fais quoi moi ? Le reste du corps sort quelques secondes plus tard avec l'éclatement de la poche. Je dégage le cordon qui traine sur le cou de la poussine. Elle ne bouge pas, elle ne pleure pas. Je la prend et la pose sur sa maman en lui invoquant de bouger. J'ai peur. " Regarde Rodolphe elle ouvre les yeux ". Je regarde, j'entends un cri, je la vois bouger . OUF! Quel moment... de bonheur!
      Nous restons un bref moment  tous les trois. Charlie, il faut qu'on lui montre. Et là arrivée de Charlie, mamie , des pompier et du SAMU. Mamie a eu la bonne idée d'aller attendre les pompiers dans la rue pendant tout ce temps. Je prend Charlie dans mes bras, il regarde : "bébé sorti ", il n'a plus peur. Là commence l'intervention de la sage-femme qui diagnostique qu'il faut la transporter à la maternité pour l'expulsion du placenta. Leni demande si c'est obligatoire parce que là elle peut pas bouger. La réponse est positive et ils se posent la question du transport parce que le brancard ne passe pas dans l'escalier. Les pompiers proposent de faire venir une grande échelle pour la descendre par le balcon. La sage-femme répond qu'elle peut descendre assise dans un fauteuil. Ce qu'ils firent. Pendant ce temps je rassemble 2,3 affaires et nous descendons les escaliers.
     Après petite négociation, je réussi à monter dans le camion avec Leni. Le pompier nous dit que c'est la fin de sa garde et que c'est sympa de tomber sur un accouchement. Leni lui demande si ca arrive souvent, il répond que c'est sa première fois. Elle lui demande alors depuis combien de temps il est pompier. Ca fait 16 ans. Cette réponse nous a étonné... On arrive à la maternité et là c'était quand même plus classique. L'expulsion du placenta s'est fait rapidement, le bébé a été placé sous le radiateur pour le réchauffer, et Leni a eu le droit à quelques points de suture très désagréable. La suite a été plus conventionnel avec quelques désaccords avec le personnel.
       Quand on s'est retrouvé enfin tous les trois, on a pu enfin se rendre compte qu'on venait de vivre un truc grandiose et très fort...

Et le prénom dans tous ça... bah, il a été décidé qu'en début d'après-midi et la petite crevette rose s'appelle ROSIE

Voilà le récit de mon réveil pas comme les autres et vous savez quoi...
bah aujourd'hui c'est la fête des papas...

Rodolphe