Une petite fille, quelque part au Mozambique.

J'adore comme elle vérifie et réajuste la position de la poupée en passant ses petites mains dans son dos, d'un côté puis de l'autre.
Le serrage presque pli par pli.
Le nœud plat final parfaitement maitrisé.

Preuve que là-bas le portage est un savoir qui se transmet de génération en génération.

Et chez vous ?