Vous vous souvenez notre dernière visite chez Gygy, la gyneco ? Son verdict avait été : La crevette est trop basse. Une seule solution, SE RE-PO-SER... euh... c'est tout ? OUI.

En rentrant chez moi un peu dépitée, j'en parle avec Rodolphe. On parle déjà de bébés prématurés, à combien de semaines ils peuvent vivre, quels sont les risques etc.
Un peu plus tard dans la soirée je dis à Rodolphe que j'ai lu un des livres que des amis à lui nous ont prêté (Thème commun : grossesse et naissance respectueuses pour l'enfant et sa famille). Rodolphe me répond que c'est celui qu'ils lui avaient conseillé de lire à tout prix, les 2 autres étant plus "techniques". Alors je lui dis que je ne vais peut être pas les lire, et en disant ça j'en feuillète un très rapidement, et je tombe, par le plus grand des hasards, sur le chapitre intitulé "Bébé trop haut ou trop bas, que faire ?". Bien sûr, je me met vite à lire, première phrase du chapitre : "La position du bébé n'est pas une fatalité". Là, c'est le début d'une grande aventure pour Rodolphe, la crevette et moi. :-)

En gros voilà ce que dit Martine Texier : Quand on demande à une future maman de se détendre et de poser les mains sur son ventre, la plupart du temps, si le bébé est trop bas, celle-ci pose ses mains tout en bas du ventre. Jusque là c'est plutôt logique : on pose les mains là ou on sait qu'on va trouver le bébé. Effectivement, jusqu'à la lecture de ce livre, Rodolphe et moi on a toujours posé nos mains en bas de mon ventre pour le sentir bouger, tout simplement parce que je le sentais ici, et pas en haut. Seulement voilà, le bébé, c'est déjà un p'tit malin, il ne va pas aller à un endroit du ventre ou il ne rencontrera jamais personne. Il va se mettre là ou les choses se passent, c'est à dire sous nos mains. Donc, pour Martine Texier, la solution est simple : déplacer ses mains vers le haut, le bébé suivra. Moi, ça me parait trop simple, je n'y crois pas vraiment (malgré les nombreux témoignages de mamans enthousiastes dans le livre)

mains_en_bas
Illustration : Bonnie Timmons

Premier essai le soir même, tout de même (sait-on jamais). Je m'installe confortablement, je pose mes mains au-dessus de mon nombril, je fais quelques légères pressions pour appeler la crevette, j'attends........................ à l'intérieur de bidon, ça farfouille, ça se retourne........................ ça se déplace........................ et là, juste dans le creux de ma main........................ BING ! C'est la crevette qui frappe ! Je ne l'avais jamais sentie bouger à cet endroit là ! Je lui répond par une petite pression........................ RE BING ! Wahoo ! Trop chouette ! La crevette qui bouge, juste là sous mes côtes, c'est du jamais vu ! Elle avait raison Martine, ça marche !

Je me lève, je fais quelques pas... c'est magique ! Je me sens toute légère : je n'ai plus l'impression que la crevette pèse trois tonnes, elle n'appuie plus sur le col de l'utérus, je n'ai pas l'impression qu'elle va sortir à chaque pas que je fais... La nuit passe : incroyable : je ne me lève pas une seule fois pour aller aux toilettes alors que jusqu'ici j'étais rendue à 3 "levés-pipis" par nuit. Normal, la crevette n'appuie plus sur ma vessie. Génial...

Bon, par contre, attention, ce n'est pas acquis une fois pour toute. Il faut passer du temps à communiquer avec la crevette, parce qu'elle a quand même tendance à redescendre de temps en temps si on ne s'occupe pas d'elle :-) Donc, pour compléter, on s'est documentés sur l'haptonomie, entre autre en regardant une conférence de Catherine Dolto, fille de Françoise Dolto.

Donc maintenant, tous les jours, Rodolphe et moi, on passe du temps avec la crevette, on l'invite à rester en haut, ou à remonter si je la sens basse. Par exemple :
- Rodolphe lui parle ou lui chante des chansons en mettant bien sa bouche EN HAUT du ventre... la crevette va se mettre juste sous sa bouche pour mieux entendre :-)
- Je pose mes mains au sommet de mon ventre et je les déplace de gauche à droite, comme pour bercer un bébé. La crevette suit à l'intérieur.
- Si la crevette gigote déjà bien, il suffit qu'on pose notre main en haut du ventre pour qu'elle vienne se mettre juste en dessous.
- On pose sa boite à musique sur mon ventre (oui, oui, toujours en haut) : elle va donner des petits coups dedans.

Vous allez me dire, oui, mais si la crevette n'est pas dispo (elle dort et ne semble pas vouloir bouger), ça ne marche pas ! Et bien si, ça peut marcher. Plusieurs solutions :
-  Je me détend bien (bébé le sent, les tissus se relâchent etc.), je respire avec le ventre... et souvent la crevette se réveille.
- Si ce n'est pas le cas, c'est pas grave : si elle ne veut pas bouger d'elle-même, je vais la faire bouger moi-même. Le bébé ce n'est pas moi (logique) mais tout ce qui l'entoure (utérus, périnée, diaphragme...) c'est à moi. Je peux donc réussir à la faire remonter en mobilisant tout ça... pas facile à expliquer et pas facile à faire non plus, mais j'ai déjà réussi une fois ou deux.

Bref : que du positif : la crevette passe plus de temps en haut, je me sens beaucoup mieux et puis c'est super chouette de pouvoir communiquer avec elle, surtout pour Rodolphe : c'est le seul moyen qu'il a de rentrer en contact avec ce petit bébé qui pousse dans mon ventre. Le hasard fait parfois bien les choses, merci Jeremy et Mel de nous avoir prêté ces quelques livres !

poussette
Illustration : Bonnie Timmons

Pour celles et ceux que ça intéresse : toute cette semaine (sauf mercredi), sur France 5 dans Les maternelles, à 8h55, ils diffusent des documentaires sur le thème "Choisir sa préparation à la naissance". Vendredi c'est sur l'haptonomie. Et pour celles et ceux qui travaillent, les émissions peuvent être regardées sur le site de france 5 pendant une semaine après la diffusion.